Musique Algérienne --

Musique RAI, Chaabi, Kabyle, Staifi, Chaoui, Malouf & Andalousie, Gnawa, Haouzi, Sahraoui, RAP...

Toute la musique algérienne

Musique Arabo-Andalouse

Selon le baron d'Erlanger, la musique classique arabo-andalouse, d'expression arabe (classique), est présente en Algérie, à travers trois importantes écoles : le Gharnati de Tlemcen qu'est lié à l'école de Grenade, la Ça'naa d'Alger qui se revendique de Cordoue et le Malouf de Constantine qui se rattache à l'école de Séville3. Chacune de ces écoles pratiquent cette musique avec certaines nuances. Dans les trois écoles cette pratique est représentée par la nouba, qui correspond à une composition instrumentale et vocale qui se déroule selon un ordre établi et des règles rythmiques et modales bien déterminées. Chaque nouba est construite sur un mode (Tab) précis duquel elle tire son nom.

Musique Chaâbi

Le chaâbi (populaire en Arabe algérien) est né au début du XXe siècle dans la région d'Alger, cependant il est apprécié dans toute l'Algérie, pour l'aspect moral et social de ses textes, les maitres Hadj M'hamed El Anka et Cheikh Nador sont considérés comme les créateurs du genre.

Musique Raï

Le Raï est née dans la région d'Oran sous sa forme première ou traditionnelle et le Raî s'est popularisé par étapes dans le reste de l'Algérie ; elle conquiert le monde après avoir subi de nombreux enrichissements et perfectionnements en Occident. Cette musique vient d'une occidentalisation de tous les genres musicaux existant en Algérie (en particulier le châabi) utilisant une orchestration moderne occidentale (synthétiseurs, guitares électriques, etc.).

Musique Kabyle

Style musical de la Kabylie, d'expression kabyle, il dérive essentiellement de l'achewiq.

Musique Tergui et Ahellil

Style traditionnel du sud algérien d'expression tergui et Arabe algérien. La musique Tergui sera influencée, entre autres, par le Tindé (style de l'extrême-Sud algérien), l'Ahellil de Timimoun.

Musique Staifi

La 3e musique populaire de fête d'Algérie est le "staifi" après le "raï" et la musique Kabyle. Basée sur le rythme zendari rythme originaire de Constantine et aussi sur un accompagnement présent du clavier, cette musique est aujourd'hui très présente dans toutes les fêtes algériennes. Les premiers furent Samir Staifi, Bekhachi El Khier, Djamel, Nordine, bentoumi mohamed et d'autres.

Musique Chaouie

Musique essentiellement chantée en chaoui (berbère des Aurès) .Le folklore est diversifié dans les régions des Aurès. La musique traditionnelle est bien représentée par nombreux chanteurs Aurassiens. Le premiers chanteurs qui ont connu un succès international sont Aissa Jermouni et Ali Khencheli. Le style de musique Rahaba est propre à toute la région des Aurès. De plus, plusieurs styles de musique existent comme le style arabo-andalous, l'un des chanteurs chaouis connu est Salim Hallali. Plusieurs chanteurs des Aurès se sont inspirés de ce style comme Youcef Boukhantech.

Diwane-Gnawa d'Algérie

Le terme diwane est un mot arabe utilisé quand on parle de la partie thérapeutique de la soirée (Lyla). Les Diwane se réclament de Bilal : 1er esclave noir libéré par Mahomet qui deviendra le 1er muezzin de l'Islam. Ce genre musical existe en Tunisie, en Égypte (et aussi probablement en Libye)avec des noms spécifiques selon le pays (voir Gnaoua). La musique Diwane d'Algérie et ses consœurs ont pour point commun une origine africaine sub-saharienne et certains rites.